Articles

La rentrée en pleine forme

Posté par:

Cures de détox, cures de revitalisation, plantes adaptogènes, les aliments « tonus » et bons réflexes pour un automne au top. Ce texte vient en complément de ma conférence du 4 septembre 2012 au Casa Poblano.

Pourquoi ce coup de pompe à la rentrée ? :

  • Après avoir vécu à notre rythme, souvent en contact avec les éléments, nous revenons plein d’énergie… qui disparaît souvent très vite.
  • Simplement par ce que notre bon rythme, c’est celui des vacances 🙂 et qu’il nous faut, avec l’âge, de plus en plus de temps pour recharger les batteries.
  • Le rythme que nous nous imposons au quotidien (enfants, boulot, activités sociales, sportives…) ne doit pas dépasser notre capacité. Il faut faire attention à ce piège : qui trop embrasse mal étreint.
  • D’autre part, nous cumulons les toxines, qui nous encrassent et nous fragilisent si nous ne prenons pas soin de nous nettoyer de l’intérieur.

Les cures de détox :

  • Un des premiers réflexes de la rentrée devrait être la cure de détox. En effet, l’accumulation de toxines encrasse notre corps, notamment le foie, qui est le siège de très nombreuses activités physiques et hormonales.
  • Un corps « encrassé » (ou intoxiné) réagit moins bien et devient bien plus sensible aux agressions, puisqu’il ne lui faut plus grand chose pour arriver à saturation.
  • Quelle cure de détox ?
    • Le jeûne est la plus connue, mais la plus délicate. Si l’expérience vous tente pour la première fois, expérimentez-le dans le cadre d’une semaine « jeûne et marche », lors des prochaines vacances d’été. Mal mené, un jeûne peut sensiblement vous affaiblir, voire vous mettre en danger. Bien mené, c’est une source de renouveau incroyable.
    • La mono-diète, plus facile. On mange à volonté le même aliment pendant quelques jours à 3 semaines (voire plus). On choisit un aliment sain – la monodiète de nutella n’est pas recommandée -, par exemple, le riz, la quinoa, la banane, et enfin le raisin. A noter que la cure de raisin n’est pas bonne pour tout le monde, notamment pour les frileux. Passé l’inconfort des 2-3 premiers jours, on ne doit pas avoir de sensation désagréable. Quand on ressent de nouveau des désagréments, il est temps d’arrêter la mono-diète. A noter aussi : les cures de jus de légumes (dont la fameuse cure Breuss), de jus d’herbe d’orge ou de blé, avec ou sans spiruline (source de protéines hautement assimilables) sont de bonnes cures à mi-chemin entre la mono-diète et le jeûne, puisqu’il n’y a aucun aliment solide qui fatigue le système digestif.
    • Toutefois, ces cures ne sont pas toujours adaptée aux besoins d’énergie ou aux sollicitations d’une vie active et demandent de bien se connaître pour ne pas mettre sa santé en danger. Il existe une bonne alternative aux deux cures précédentes :
    • Les plantes détox : Il s’agit de prendre un extrait de plante ou de mélange de plantes (artichaut, radis noir, pissenlit, bardane…), souvent pendant 3 semaines, en retirant de son alimentation les faux amis (café, thé, sucre sous toutes ses formes, gras saturés – lait, viandes grasses), ainsi que les glucides (au pire, prendre un peu de glucides complets). On limite les protéines animales, préférant dans l’ordre : les poissons et les viandes blanches (bio). On insiste sur les légumes et les crudités (si on les digère bien). Ce régime ressemble beaucoup au régime préhistorique. Il a l’avantage de ne pas encrasser le corps, pendant que les plantes aident les organes qui chassent les toxines, comme le foie, les reins, les intestins, la peau et les voies respiratoires(que l’on appelle « émonctoires »). On trouve en magasin bio des mélanges de drainage des 5 émonctoires.
    • Important : boire beaucoup (plus que d’habitude, de façon à aller plus souvent aux toilettes) de l’eau peu minéralisée (qui ne fatigue pas les reins).
    • Important : toujours bien mâcher… Ce que l’on avale doit avoir la consistance d’une bouillie liquide, sans morceaux pour une digestion optimale.
    • Dans la cure de drainage aux plantes. Les plantes nettoient le corps, tandis que l’alimentation n’apporte pas (ou peu) de source d’encrassement. 20 jours / 3 semaines est un délai souvent suffisant pour retrouver des émonctoires en bon état, et de ce fait avoir un niveau d’énergie supérieur.

Les cures de revitalisation :

  • On retrouve le régime qui accompagne le drainage aux plantes, mais complété par des aliments qui rechargent les batteries en vitamines, minéraux et autres anti-oxydants. Si nécessaire, on augmente un peu les glucides complexes (ou lents). On rajoute notamment :
    • Graines germées (ultra riches en vitamines, minéraux, anti-oxydants et enzymes qui aident l’assimilation des nutriments).
    • Jus de légumes (évitant la tomate qui, une fois stérilisée – cuite – devient acidifiante), idem aux graines germées, pour leurs apports.
    • Jus verts : jus d’herbe d’orge ou de blé, la spiruline. bien qu’on les trouve surtout en poudre à diluer dans de l’eau ou en comprimés. C’est derniers sont plus facile à absorber, idem aux graines germées, pour leurs apports. En plus ils sont riches en protéines. Sources de B12 (moyennement assimilable). Idéaux pour les végétariens.
    • Le pollen, idem aux graines germées pour leurs apports, surtout le pollen surgelé, riche en enzymes vivantes.
    • Poisson gras : sardine, maquereau, hareng, thon, saumon, foie de morue. Source d’omégas 3 prêts à l’usage par le corps, et de vitamine D, qui renforce le système immunitaire. 3 fois par semaine est le bon rythme pour avoir suffisamment d’oméga 3 directement exploitable dans son alimentation. Thon et saumon, moins souvent, car dominant l’échelle alimentaire, ils risquent de contenir des métaux lourds.
    • Les huiles d’olive (riche en anti-oxydants) et de colza (riche en oméga 3). Les toxiques aiment se stocker dans le gras, c’est pour cela qu’il faut préférer les huiles biologiques et de première pression à froid non raffinées (ouf).
    • Les algues de mer, riches en minéraux. Prendre l’habitude d’en ajouter une petite pincée dans tous les plats. Par exemple, la salade du pêcheur, qui est un mélange d’algues. La marque Solnat contrôle la radio-activité de ses produits venant du japon.
    • Les fruits oléagineux. Noix, noisettes, amandes, riches en bon gras, vitamines, anti-oxydants et anti-acides. Les bons gras favorisent la construction des cellules du corps, pas de la masse grasse. Ce qu’il faut limiter pour ne pas faire de gras, ce sont les glucides rapides, que le corps stocke après l’avoir transformé en gras de mauvaise qualité.
    • Les aliment crus, si on les digère bien, car ils sont plus riches en vitamines, minéraux, anti-oxydants et enzymes que les aliments cuits. Privilégier la cuisson douce.
    • Les fruits de mer, riches en minéraux rares et en bonnes protéines.
    • Les nerveux et les stressés se tourneront aussi vers le magnésium, sous forme de compléments ou de nigari (chlorure de magnésium extrait de l’eau de mer – ce n’est pas une algue). Ils le trouveront aussi dans les bananes, les amandes et les feuilles vertes des légumes.
  • On peut se permettre 1 ou 2 écarts alimentaires par semaine (un repas de fête). On doit presque le faire, renforçant ainsi notre système digestif (comme la gymnastique) et en se protégeant de toute frustration.

Les plantes adaptogènes (ginseng et autres) :

  • Certaines plantes peuvent vous aider à mieux supporter les stress physiques et psychologiques. Ils vous aident à mobiliser l’énergie dont vous disposez, sans vous faire dépenser plus d’énergie que vous disposez réellement. Même si la circulation d’énergie est plus fluide, il est important de garder un temps de repos. Seul le repos permet de recharger réellement les batteries. C’est pour cela que j’ai tendance à privilégier dans mes recommandations les plantes adaptogènes qui aident à dormir (Aswaganda, Gomphréna et Maca). De plus ces plantes ont souvent des fonctions régulatrice sur les hormones (en plus ou moins en fonction des besoins). C’est pour cela notamment pour cela que les adaptogènes favorisent la sexualité. Elles renforce la réponse immunitaire. La plupart peuvent être prises sur de longues durée, mais je conseil de faire une pose « thérapeutique », soit chaque week-end, soit une semaine par mois. Il est important de ne pas dépendre de ces produits, et d’avoir le réflexe d’arrêter hors période de stress… Même si pour beaucoup, cela veut dire arrêter uniquement pendant les vacances.
  • Voici les principales plantes adaptogènes :
    • Le ginseng : plutôt adapté aux hommes
    • L’euléthérocoque (ginseng sibérien) : plutôt adapté aux femmes.
    • Le gomphréna : excellent anti-stress, favorise un meilleur sommeil. Son goût est très amer.
    • L’ashwagandha (ginseng indien) : idem au gomphréna. Éviter une utilisation prolongée (plus de 1 à 3 mois) pour les femmes. Il est également favorable à la fertilité masculine, l’anémie, les intestins irritables, et la pigmentation des cheveux. Son prix est très raisonnable.
    • La rhodiola : très adaptée au travail intellectuel. Augmente la clarté mentale.
    • La maca : action assez nette sur le système immunitaire. Aide à dormir.
  • Ils sont vendus en poudre, en gélules, ou sous forme d’extrait liquide (surtout le ginseng et l’éleuthérocoque). On les trouve en magasins bio et herboristeries.

Les super-aliments (jus d’herbes/spiruline, acérola, pollen,…) :

  • Le jus d’herbe et la spiruline : J’insiste sur ces « jus », car ils sont très dynamisants, tout en apportant des vitamines, minéraux et anti-oxydants sous forme concentrée. Véritables multi-vitamines et minéraux naturels. La chlorophylle permet une meilleure oxygénation du corps et donc une augmentation du niveau d’énergie. C’est un complément que l’on peut prendre toute l’année.
  • L’acérola. Avec l’acérola, nous évoquerons aussi les besoins en vitamine C. Je ne rappellerai pas l’intérêt de la vitamine C sur le système immunitaire. Si 100 mg par jour, correspond au minimum pour rester en bonne santé, il se développe un consensus vers 500 mg pour une santé optimale. Avec cette quantité, vous maintenez un niveau optimal de vitamine C dans le plasma sanguin, votre foie fabrique 2 fois plus de l’anti-oxydant majeur qu’est le Gluthation qu’avec 100 mg. Mais si vous êtes soumis à un stress oxydatif quelconque (maladie, métaux lourds, stress, pollution), il peut être judicieux de prendre 1000 mg. Mis à part si vous avez une faiblesse rénale avérée, ce seuil est sans danger. Si vous suivez très sérieusement le régime de revitalisation, vous consommez environ 200 mg. Pour parvenir aux 500 mg, il suffit de prendre, répartis dans la journée, 2 comprimés d’Acérola 1000. Ca ne fait 2000 mg de vitamine C, car dans un comprimé de 1000 mg d’acérola on trouve seulement modèle 170 mg vitamine C. La vitamine C naturelle, ainsi que la forme synthétique d’acide L-ascorbique, n’empêche pas de dormir. D’autres formes de vitamine C (Ascorbates, par exemple) peuvent poser problème en grande quantité. L’acérola contient aussi d’autres anti-oxydants et autres protecteurs du système cardio-vasculaire.
  • Le pollen et les baies de goji. Ce sont deux excellentes sources de vitamines et minéraux et d’anti-oxydants. Le pollen se prendra à raison d’une cuillerée à soupe le matin. Les baies de goji se prendront soit le matin, soit en grignotages « santé » au cours de la journée. On en consomme une petite poignée par jour.
  • Les jus de noni, de grenade (fermentés ou pas), qui sont des sources concentrées d’anti-oxydants, mais vu leur prix et leur goût, je les réserve en traitement de choc, en cas de pathologie.

Les derniers petits trucs :

  • Une activité physique et/ou artistique, qui soit un vrai plaisir. Au moins 30 min d’activité quotidienne (marche, vélo, escalier, jogging…). Le corps ne s’use que si on ne s’en sert pas 😉
  • Le sommeil et le changement d’heure. Être vigilant sur le temps de repos et la durée du sommeil (durée, régularité). C’est la seule façon de recharger vraiment les batteries. Si le changement d’heure vous pose problème, vous pouvez prendre un comprimé de 1 mg de mélatonine (souvent à faire fondre sous la langue) à l’heure du coucher, pendant une semaine, en étant régulier sur l’heure, le temps de recaler votre horloge interne.
  • faites le plein : Si vous avez l’habitude de faire des cures de magnésium, vitamines (C, B et D notamment) ou autres, c’est aussi le bon moment.
  • Pour résumer  : Ma recette de la rentrée :
    • Une cure de détox aux plantes au début de l’automne (où dès la rentrée).
    • Faire attention à ce que l’on mange, mais en se faisant plaisir 1-2 fois par semaine.
    • Une activité physique douce quotidienne, ou au moins régulière.
    • Être vigilant sur le temps de repos et de sommeil.
    • S’aider éventuellement de jus d’herbe et d’acérola, voire de plante adaptogènes.

Les prochaines conférences… (suivre le lien)

0